Impressum  |   Datenschutz  |   Kontakt  |   Sprache / Langue: 

Aktuelles

Neujahrsempfang im Haus der Begegnung am Sonntag, 08. Januar 2023

Pressespiegel


zurück zur Übersicht


Michèle Tabarot : une victoire à l'arraché

Nice-Matin vom 18.06.2002

Avec 50,52 % des voix contre 49,48 %, le maire du Cannet enlève in extremis le fauteuil de député à André Aschieri. Et s'installe sans doute pour longtemps à l'Assemblée nationale

4 cantons sur 6 pour André Aschieri
Le haut-pays favorable au député sortant
Le Cannet fidèle à Michèle Tabarot

Six cent six. André Aschieri (Vert-PS-MRG) se souviendra sans doute longtemps de ce chiffre. Celui de l'écart des voix qui lui a fait perdre son fauteuil de député de la neuvième circonscription. Avec 50,52 % des voix contre 49,48 % (37,06 % d'abstention), c'est donc Michèle Tabarot (UMP) qui siégera à l'Assemblée nationale.

Une victoire in extremis pour le maire du Cannet quand les autres candidats de la nouvelle majorité l'emportaient haut la main dans les Alpes-Maritimes. Car Michèle Tabarot n'a pas su profiter pleinement de la vague bleue, malgré une campagne axée sur le thème national et soutenue par des invités illustres (Jean-François Mattéi, Jean-Claude Gaudin...).

Il faut dire que le bilan de député d'André Aschieri a laissé peu de marge de manœuvre à Michèle Tabarot qui s'attendait à une lutte à l'arraché. Difficilement attaquable, salué par beaucoup, apprécié des électeurs de gauche comme de droite, ce bilan a obligé dès le début Michèle Tabarot à éloigner le débat loin de la neuvième circonscription pour en faire une élection résolument politique.

Espoir et angoisse dans les permanences
Si André Aschieri se voyait battu dès le début de la soirée, ses supporters rassemblés à sa permanence y ont cru jusqu'au dernier moment alors qu'au Cannet, l'ambiance était au secret et à l'angoisse. Au final, André Aschieri peut avoir des regrets, car le faible écart rend la défaite amère. Même si le député écolo aurait du sa victoire aux votes de déçus de la droite et sans doute aussi de quelques électeurs du FN.

À y lire de plus près, le député sortant rafle quatre des six cantons et laisse Michèle Tabarot l'emporter seulement sur ceux de Grasse Nord et Le Cannet. Dans le détail, il arrive en tête dans 21 communes sur 27, fait un carton presque plein dans le haut-pays, laissant à Michèle Tabarot Cabris, Peymeinade, Saint-Vallier et Spéracèdes. « Mon souhait est de rassembler le littoral et le haut-pays », assure la nouvelle députée qui y a manqué son implantation.

Sans doute parce qu'elle savait que l'élection se jouerait plus près du littoral. Sur les quatre principales communes, c'est l'égalité en nombre entre Michèle Tabarot (Le Cannet et Mougins) et André Aschieri (Mouans-Sartoux et Grasse). Pourtant en frôlant seulement les 59 % au Cannet et à Mougins, la nouvelle députée fait moins bien que prévu quand André Aschieri domine sur ses terres (68,96 %) et l'emporte à Grasse (52,07 %), désavouant ainsi une deuxième fois le maire Jean-Pierre Leleux, le suppléant du nouveau député.

Carrière politique accélérée
Mais c'est sans doute à ses administrés du Cannet et à son action municipale depuis 1995 que Michèle Tabarot doit sa victoire. Évitant un deuxième échec législatif synonyme de désaveux, elle poursuit et accélère ainsi sa carrière politique à l'aube de ses 40 ans.

Après cinq années de patience - et d'impatiences - la voilà installée à l'Assemblée nationale où elle pourrait bien y rester longtemps. « J'espère que dans cinq ans notre avance sera plus confortable », confie-t-elle.

Loin de Paris, André Aschieri devra, lui, se contenter désormais de son fauteuil de maire. À 65 ans, son avenir politique passe au mieux par le département ou la région car pour la députation, rendez-vous dans cinq ans. Et là, il ne pourra plus défendre son bilan.

(c) 2022 - le-cannet.de